La maison "mère" des Patoufs est à Cleveland (USA Ohio)

Publié le 29 Novembre 2019

Vous connaissez les  Cabbages Patch Kid,....ces petites poupées aux yeux grands ouverts, aux joues rondes comme des pommes et aux jambes potelées sont aussi surnommées « Les Patoufs»,et sont formées d’une tête en vinyle, juchée sur un corps tout mou.

Xavier Roberts, leur créateur, a  décidé de créer un endroit où les poupées pourraient vivre en attendant l’accueil généreux d’une maison : c’est ainsi que le Babyland General a vu le jour. Car on n’achète pas les Cabbage Patch Dolls ; on les adopte.

Il faut signer des papiers, présenter sa carte d’identité, et l’on reçoit alors un certificat, établissant la légitimité de sa filiation avec le mi-poupon mi-poupée.

Le Babyland General est alors non seulement un magasin où l’on peut adopter les patoufs mais également un hôpital-maternité, où l’on peut tout savoir de la venue au monde des bébés, tous « fabriqués » à la main.

Un haut-parleur vous tient au courant des dernières avancées de la dilatation de Maman Chou, et crépite « alerte verte » si elle en est à plus de 6. Un docteur tout de vert vêtu et ne reculant devant rien se précipite alors et participe à la naissance de ce nouvel être - clame fiévreusement que « c’est un garçon » en le gratifiant de quelques gentilles claques sur la joue, avant de demander au public enthousiasmé de lui choisir un prénom.

Le Babyland Général comprend également un coin spécial où l’on peut donner le bain aux nourrissons, une salle de chirurgie pour ceux à qui il manque un œil ou qui ont les cheveux calcinés. C’est un musée-hôpital complètement kitsch, mais qui ne désemplit pas et mérite quand même le détour.

Infos pratiques

 Cabbage Patch Kids Home / Babyland General
300 NOK Dr
Cleveland, GA 30528

Voici SHARON, patouf de 1978/1982

Production Coleco,  35 cm, porte le numéro 78 gravé à l'arrière de la tête.  Robe et chaussures d'origine 

Rédigé par m'ART in line

Publié dans #POUPEES PATOUFS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article