mes peintures

Publié le 6 Janvier 2014

Huile sur toile 25X20.

tatouage.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par GALERIE MARIE L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 19 Octobre 2013

Rédigé par GALERIE MARILYNE POSTAI

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 8 Octobre 2013

HUILE SUR TOILE 80X40pensee-militante.JPG

 

Voir les commentaires

Rédigé par GALERIE MARILYNE POSTAI

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 23 Septembre 2012

Rédigé par GALERIE MARIE L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 5 Mai 2012

Le jean est un vêtement mythique, que l'on voit aussi bien dans la rue ou dans le monde très sélect de la haute couture. Mixte, il a traversé les époques et les générations, avec différentes coupes, couleurs et délavages. Et pourtant, il ne date pas d'hier. Ses origines remontent au XVIème siècle et c'est Levi Strauss qui va en faire le pantalon incontournable qu'il est devenu, avec la création du 501.  

S'il y a bien un nom à retenir en matière de confection de jeans, c'est celui de Levi Strauss qui a fait connaître à ce pantalon mixte un succès mondial à porter au quotidien. Levi Strauss est un juif bavarois qui part vers les Etats-Unis à 18 ans et s'installe à San Francisco. L'histoire de jean de Levis débute en 1853. A 24 ans, il se lance en tant que marchand de tissu. Il commence par confectionner des pantalons et des salopettes de travail, en les taillant dans des toiles de tentes, destinées aux chercheurs d'or dans les mines, en pleine ruée vers l'or, en Californie. Ces pièces sont appelées les overalls et se mettent par-dessus les vêtements, en guise de protection.

Le modèle mythique 501 naît en 1890. Avec sa coupe droite, il reste le jean unisexe connu mondialement, qui représente la liberté et l'attitude rebelle de la côte ouest des Etats-Unis. En 1915, Levi's obtient un prix pour ses bleus de travail pendant l'exposition internationale de Panama Pacific à San Francisco. En 1922, les jeans commencent à avoir leurs premiers passants pour les ceintures.

En 1928, Levi's est une marque déposée. En 1935, la marque lance sa gamme Lady Levi's, dédiée aux femmes. Dans les années 30, le jeans n'est plus considéré comme un vêtement de travail, mais devient un pantalon de prêt-à-porter pour les étudiants, les artistes et les femmes. Si la teinte indigo est toujours de mise, c'est à partir de 1940 que le jean se teint en noir. Suite au débarquement de la Seconde Guerre mondiale, le jean arrive en Europe en 1945, avec les GI's. De nos jours, la couleur est régulièrement de mise. Le noir bien sûr, mais aussi le blanc, la mode se charge chaque année de donner des couleurs au jean.

Avec les années 70, le jeans devient un symbole cool du mouvement hippie. Alors qu'il se portait en coupe droite ou étroite, il s'élargit en patte d'éléphant, se customise avec des broderies, des fleurs…Dans les années 80, le jean devient le pantalon phare pour toutes les générations, un brin plus rock. Le jean s'éclaircit avec la couleur stone, qui délave la matière de façon mécanique, avec des pierres. Les femmes portent beaucoup de jeans, notamment le mom jean, avec sa taille haute, sa forme emboîtante et son délavage bicolore.

Aujourd'hui, le jean est devenu une pièce incontournable du vestiaire féminin et masculin. Il est important de choisir un jean en fonction de sa morphologie. Il a souvent un pourcentage d'élasthanne pour s'adapter à la forme du corps et être confortable.

Le jean se prête à toutes les coupes. Le plus basique est le droit ou régulard. Le slim est l'incontournable depuis plusieurs années. Idéal pour les morphologies minces, le slim est confortable, car il contient souvent du lycra. Il se porte décontracté ou chic. Les poches ont toute leur importance sur un jean slim, pour dessiner les fesses.

Pour les femmes, le jean flare a des faux airs de pantalon hippie. Il est moulant jusqu'aux  genoux et évasé dans le bas. Il convient bien aux grandes. Il est avantageux pour la silhouette, car il allonge les jambes et affine la taille. Idéal pour les silhouettes en V, le jean boyfriend permet d'avoir un pantalon large avec un look androgyne. On le porte façon destroy pour plus de décontraction.

 

La peinture est un jean Levis skinny demi curve

 

 

HUILE de 50X60

        nikon006.JPG 

Voir les commentaires

Rédigé par GALERIE MARIE L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 15 Janvier 2012

Huile sur buste (comme ceux des magasins). De face :  le Colosse de Rhodes, le phare d'Alexandrie

buste-001.JPG

de dos : les pyramides de Khéops, les jardins suspendus de Babylone, le temple d'Artémis

buste-002.JPG

côté: la statut de Zeus

buste-003.JPG

l'autre côté : le tombeau de Mausolé

buste-004.JPG

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marie L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 21 Octobre 2011

Dessin réalisé par Fabrice Pouteaux,.

papier cartonné 45cm x 30 cm

 

photo-iphone-372.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Marie L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 6 Septembre 2011

Huile sur  toile 70 X 50 (couteau et pinceau)

 

    usb clef 123

L’histoire de la sidérurgie normande commence au tournant des XIXe et XXe siècles lorsque Alfred Thyssen, un industriel allemand recherche un emplacement pour installer une usine métallurgiste dévouée principalement à l’exportation.

La ville de Caen avec son port est toute désignée pour l’exportation des produits finis. De plus, la présence proche de la matière première (mine de fer de Soumont, carrière des Aucrais pour la castine) convainc le baron Thyssen de s’installer dans la région caennaise. Finalement installée sur un plateau calcaire à Colombelles sur les bords de l’Orne, l’usine connaît des débuts difficiles.

Très vite le contexte international, avec le déclenchement de la première guerre mondiale, rattrape l’usine qui connaît des changements importants. La SMN est mise sous séquestre et l‘allemand Thyssenmis à l’écart de l’affaire. L’usine dans ces années de guerre produit du matériel militaire notamment des obus.

En 1917, est enfin allumé le premier haut-fourneau par le ministre Albert Thomas, l’usine peut enfin produire de l’acier en grande quantité.

Dès lors, et plus particulièrement dans l’entre-deux guerres, l’usine va faire appel à de nombreux ouvriers d’autres pays (chinois, russes, polonais, espagnols, italiens…) à venir travailler en son sein.

Pour loger ces ouvriers la direction de la SMN décide très tôt de construire une cité-jardin, proche de l’usine, selon les principes du paternalisme social. Cette cité offre de nombreux avantages aux habitants : salle de spectacle, écoles, clubs sportifs, infirmerie… permettant de vivre en quasi autarcie.

Détruites pratiquement complètement durant la seconde guerre mondiale, l’usine et la cité sont finalement reconstruites. Cette reconstruction permet à l’usine de produire dans les années suivantes des quantités très importantes d’acier, le pic est atteint au début des années 1970 avec une production de plus d’un million de tonnes d’acier dans l’année. Cette production permet aussi une augmentation du nombre d’employés, jusqu’à plus de 6000 personnes travaillent dans l’usine dans ces années-là. Malheureusement, la crise de l’acier touche finalement la Normande dans les années 1974-1975.

Les années suivantes vont se dérouler entre manifestations, réductions drastiques d’effectif, pertes d’argent et investissements (coulée continue, haut-fourneau hématite). La situation ne s’améliorent pas et Unimétal, nouveau propriétaire de l’usine, annonce la fermeture en 1991.

Le 5 novembre 1993, après 80 ans d’acier, le dernier haut-fourneau est arrêté… La SMN s’éteint définitivement.

Voir les commentaires

Rédigé par Marie L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 16 Mai 2010

Etain, Laiton, Cuivre (huile sur 3 toiles de 30X40)

 

tryptique-mettalos.JPG

 

Voir les commentaires

Rédigé par Marie L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0

Publié le 22 Janvier 2010

Huile sur toile 70 X 50 LA POLVER DI PIRLIMPINPIN

Voir les commentaires

Rédigé par Marie L

Publié dans #MES PEINTURES

Repost0